L'Impulsion qui a motivé ma recherche


Poussé par des liens insoupçonnés à l'époque, je me suis irrésistiblement dirigé vers le Hagakure, « livre secret des Samouraïs ».



Le Hagakure dit tout, mais en silence : le message est caché entre les lignes, « caché sous les feuilles », pour reprendre la traduction littérale du mot Japonais Hagakure.



« Le Hagakure ne dit rien du temps et du profit, pas plus qu'il n'incite à perdre son temps dans une vague contemplation du vide. On vit dans le monde et on réagit à ses événements. La seule question est : où choisit-on de se situer ? »


William S.Wilsons, Hagakure, the Book of the Samouraï, avant propos.

"Quelqu'un a dit : "Dans le mausolée du Saint", il y a le poème suivant :

Si en son cœur
On suit le chemin de la Sincérité
Même sans prières
On sera protégé par les dieux.
Quel est ce chemin de la sincérité ?"
« Un homme lui répondit ainsi : "Vous semblez aimer la poésie. Je vais donc vous répondre avec un poème :


Comme tout dans le monde n'est qu'imposture,
La mort est la seule chose sincère."

« Il est dit que suivre le chemin de la sincérité, c'est se comporter chaque jour comme si on était déjà mort. »


« Le Livre, le seul, l'unique à mes yeux : Le Hagakure. »

Yukio Mishima


La découverte en 1997 de l'œuvre de Rudolf Steiner

allait irrémédiablement bouleverser ma vision du monde ainsi que mes méthodes de travail et d'investigation.


Rudolf Steiner

(25 février 1861 - 30 mars 1925)

Examiner sans préjugés l'œuvre gigantesque de Steiner, c'est découvrir un des plus grands penseurs de tous les temps. Cet esprit prodigieux dominait les sciences modernes aussi bien que les connaissances classiques. Mystique, Steiner ne l'était pas plus qu' Albert Einstein. Il était avant tout un homme de science ayant le courage de pénétrer les secrets de la vie.

Russel W. Davensport (dans: "The Dignity of Man")

Steiner n'était pas un phylosophe abstrait, mais un réaliste d'éducation scientifique... Je ne me souviens pas d'avoir jamais vu un homme aussi impressionnant. Lorsque je me fus habitué à la singularité de son apparence, je compris combien il était simple et humble... et pourquoi son visage m'avait tant impressionné.

C'était comme si ce visage n'était pas assez grand pour contenir l'intensité de son expression spirituelle.

R.Landau (dans : « Dieu est mon aventure »)